Le commencement du conflit cosmique


par Alejandro Bullon
traduit par Ruth ALENCAR1

Au mois de mars 1995, dans la petite ville de Louisiane, aux Etats-Unis, Sarah Edmondson, une élève universitaire blonde de 19 ans, est entrée dans une station-service et a tiré à bout portant contre Patsy Byers, caissière du magasin. La balle a traversé une vertèbre et est sortie par la nuque. Patsy a survécu, mais elle est restée handicapée pour toute sa vie. Interviewée plus tard, la victime a déclaré: “J’ai vu le démon sur son visage”.

L’événement diabolique  a été précédé par un autre crime à sang- froid, commis par la même Sarah et son petit ami Ban Dorros, 24 heures avant, dans un village tout près.

Le détail curieux est le fait que les crimes commis par ces jeunes, étaient des reproductions claires des scènes fictives du film Tueurs Nés, d’Oliver Stone. Dans le film, le couple protagoniste se bourre de drogues et a des visions du démon, pendant qu’il roule en voiture en tuant des gens à sang-froid.

La question est: qui était le responsable de ces crimes? Est-ce que c’était les drogues? Le film?  Les jeunes, eux-mêmes ou le démon?  “Le démon est l’instrument pour nous faire croire que les victimes de ces infortunes ne sont pas coupables mais qu’il y a toujours un mal derrière” - dit le professeur Carlos Roberto Nogueira de l’Université de São Paulo.

A son tour, Renato Mezan, un des psychanalystes les plus renommés de l’Amérique latine, affirme que l’exorcisme de la possession démoniaque n’est plus qu’un  « mécanisme de défense ». “La personne veut expulser de soi tout ce qu’elle considère dangereux et condemnable”.1

Les déclarations de ces spécialistes montrent ce que la grande majorité des gens pense aujourd’hui sur le démon : il est seulement une idée, une force ou simplement   “un mécanisme de défense”, selon Mezan. Mais, que dit la Bible à ce sujet ? Quel est le rapport entre tout cela et le livre de l’Apocalypse?


Un ennemi personnel

Le livre de l’Apocalypse est catégorique et affirme que le démon est un être réel et personnel, et non seulement une idée ou une force motrice du mal. Remarquez ce qu’il y est écrit: “Le diable est descendu vers vous, animé d’une grande colère, sachant qu’il a peu de temps”.2 Il n’y a pas de doute, le diable existe. Il est présent dans ce monde, apportant douleur, tristesse, mort, dépravation et corruption aux êtres humains.

Alors, quelle est son origine? La Bible ne nous révèle pas grand-chose dans ce sens, mais elle nous expose les conséquences du mal. Le but de Dieu est de nous montrer que le monde est dirigé par des lois parfaites établies pour la préservation de la vie, et que le non-respect de ces lois peut avoir de conséquences tragiques. Est-ce que vous avez déjà imaginé, par exemple, que les planètes et les astres un jour ne suivent plus le cours établi par les lois physiques?

La Bible expose que, au commencement régnait la parfaite harmonie et le plus grand bonheur dans le vaste Univers. Les créatures célestes se réjouissaient à reconnaître en Dieu l’Etre Suprême et Créateur de tout ; et elles se sentaient heureuses d’honorer son nom et de Lui donner gloire. Cette louange et reconnaissance étaient volontaires, parce qu’elles étaient libres. Ces êtres étaient le fruit de l’amour de Dieu. C’est l’amour qui conduit le Créateur à partager sa vie.

Or, l’amour ne peut exister là où il n’y a pas de liberté. Donc, la possibilité d’aimer ou de rejeter Dieu, de Le servir ou de L’abandonner, de faire le bien ou le mal, faisait partie d’un monde parfait. S’il n’y avait pas la possibilité du mal, les créatures célestes ne seraient pas libres. Elles seraient esclaves du bien. Elles feraient le bien parce qu’elles n’auraient pas la possibilité de faire le mal. Est-ce que vous me suivez? Un Univers parfait exigeait la liberté; et la liberté exigeait la possibilité de deux chemins.

Quelqu’un, alors, peut questionner :  "Est-ce à dire que Dieu a créé le mal?" Et la réponse est non, car le mal n’est pas la simple possibilité. Le mal est la rébellion contre les principes du bien, le choix délibéré de la possibilité du mal.

Malheureusement, cela fut la décision de Lucifer, l’ange le plus beau de l’Univers. Il s’est rebellé contre Dieu et a essayé de Le renverser du gouvernement céleste. Il a accusé le Créateur de deux choses : d’abord, selon Lucifer, les créatures célestes pourraient être heureuses et plus libres s’il n’y avait pas toutes ces lois qui dirigent l’Univers. Puis, Dieu, de l’avis de l’ange déchu, était un dictateur arbitraire qui amputait la liberté de ses créatures et donc lui, Lucifer, était la personne idéale pour gouverner l’Univers.

Ce sont les deux points de tension entre Dieu et Lucifer tout au long de l’Histoire humaine : l’obéissance et l’adoration.

Observez comment la Bible décrit ce qui est arrivé au Ciel : “Tu étais un chérubin protecteur, aux ailes déployées ; je t’avais placé et tu étais sur la sainte montagne de Dieu... Tu as été intègre dans tes voies, depuis le jour où tu fus crée jusqu’à celui où l’iniquité a été trouvée chez toi”.3


Semeur de Trouble

La Bible nous en dit encore plus. Elle affirme que Lucifer a commencé à semer parmi les anges ses doutes et accusations. Et Dieu ne pouvait pas permettre plus longtemps cette situation au Ciel. Ainsi, le livre de l’Apocalypse décrit : “Et il y eut guerre dans le ciel. Michel et ses anges combattirent contre le dragon. Et le dragon et ses anges combattirent, mais ils ne furent pas les plus forts, et leur place ne fut plus trouvée dans le ciel. Et il fut précipité, le grand dragon, le serpent ancien, appelé le diable et Satan, celui qui séduit toute la terre, il fut précipité sur la terre, et ses anges furent précipités avec lui”.4

C’est cela qu’enseignent les Ecritures quant à l’origine du diable. Il est certain que c’est très peu pour comprendre le sujet, mais le but de la Bible n’est pas de tout expliquer en détail, ni d’être historique, mais de nous enseigner que s’éloigner de Dieu signifie s’éloigner de la vie et marcher vers la destruction. Voilà pourquoi, plusieurs aspects de l’origine du Mal, sont restés de profonds mystères pour l’être humain.

Nous acceptons que les hommes pèchent parce qu’il y a un provocateur, le diable, qui nous induit à pécher. En revanche, il est impossible de comprendre pourquoi un être parfait, dans le Ciel parfait a opté pour la désobéissance, bien qu’il fut un archange plein de sagesse. Comment Lucifer a-t-il pu se perdre dans ses considérations ? Pourquoi a-t-il nourri convoitise et jalousie contre Dieu en ayant été créé pur et sans défaut? Ce sont des sujets que la Bible ne révèle pas et devant lesquels la raison humaine devrait s’incliner avec respect. Au bout du compte, Dieu et ses mystères sont tels l’eau de la mer ; et notre raison limitée est semblable à un verre. Comment faire tenir dans un verre toute l’eau de la mer?


Donner du Temps au temps

D’autres questions s’imposent: “Pourquoi Dieu n’a-t-Il pas détruit le diable quand il est apparu? Pourquoi a-t-Il permis qu’il trompe le tiers des anges ? N’aurait-Il pas mieux fait de le détruire au début de l’histoire?”


Pour comprendre tout cela réfléchissons: qu’est-ce qu’il aurait pu se passer si Dieu avait détruit le diable au début de sa campagne subversive aux cieux? Il faut se souvenir que les êtres déchus ne connaissaient que le bien. Ils n’avaient aucune expérience du péché. L’accusation de Lucifer que Dieu était injuste et qu’Il avait donné à ses créatures une loi impossible  à observer, pourrait à la fin, avoir quelque sens. Comment savoir la réponse si Lucifer n’avait pas eu le temps de prouver la véracité de ses idées ? Si Dieu l’avait détruit, les anges et les hommes auraient obéi au Créateur par crainte et non par amour, et ensuite, planerait à tout jamais le doute que peut-être l’ange rebelle aurait eu raison.

Donc, pour le bien des créatures célestes et afin qu’aucun doute ne subsiste quant à la justice et à la sagesse divine, et pour éloigner tout soupçon qui pourrait ternir le gouvernement de Dieu, il fallait que le mal suive son cours jusqu’au moment où tout l’Univers arrive à la conclusion que le diable avait tort dans ses accusations et  sa rébellion.

Le temps est passé et aujourd’hui plus personne dans l’Univers ne peut avoir le moindre doute à savoir que Lucifer avait tort. Les tragédies que le péché a apporté à cette planète, la douleur, la mort, la souffrance, l’autodestruction de l’être humain, la violence, l’égoïsme, la dépravation, tout est vu par des êtres d’autres mondes. Ils sont des millions et des millions d’êtres dans l’expectative. “Puisque nous avons été en spectacle au monde, aux anges et aux homes”.5


Placés au centre des attentions

Nous sommes placés, donc, au centre des attentions de l’Univers. Des millions d’êtres créés observent comment le diable développe ses activités et comment son véritable caractère est à chaque fois plus net à travers ses œuvres.

Pourquoi des enfants sans défenses meurent-ils? Pourquoi des enfants naissent-ils handicapés? Pourquoi autant de famine, autant d’égoïsme, autant de violence? Tout cela aurait-il existé si les êtres crées avaient toujours obéi aux principes protecteurs de la vie établie par Dieu?

Qui a pu mener les créatures à penser que ses principes étaient arbitraires et seulement pour satisfaire l’égoïsme d’un dictateur divin? Le prochain chapitre  raconte comment le conflit s’est introduit sur la terre.


Alejandro Bullon
Le Troisième Millénaire et Les Prophéties de l’Apocalypse

1- Traduit du livre en portugais « O Terceiro Milênio e as Profecias do Apocalipse », publié en 1998 par Casa Publicadora Brasileira, Brésil. Traduction faite avec l’accord de l’auteur
  
_______

1- Revista Veja, 31 juillet 1996, p. 80

2- Apocalypse 12 : 12

3- Ezéchiel 28 : 14 – 15

4- Apocalypse 12 : 7- 10

5- 1ère Lettre aux Corinthiens 4 : 9



Comentários

Postagens mais visitadas deste blog

3º Dia: Por que as coisas pioram quando mais buscamos a Deus?

O Rio Jordão: As Águas de Naamã

Revelação e Explicação do Sonho de Nabucodonosor - Capítulo 2