Dieu est aux commandes

par Alejandro Bullon 
traduit par Ruth Alencar*

Traduit du livre en portugais « O Terceiro Milênio e as Profecias do Apocalipse », publié en 1998 par Casa Publicadora Brasileira, Brésil. Traduction faite avec l’accord de l’auteur
     
Pourquoi est-ce qu’il y a tellement d’expectative à l’aube du troisième millénaire ? Quelque chose étrange arrive aux gens à l’approche des dates rondes, et naturellement il n’y a pas une autre plus ronde que l’an 2000.

Une enquête faite par le journal nord américain The New York Times montre que toutes les réservations pour l’entrée de le nouveau millénaire sont épuisées dans les principaux hôtels du monde.

Aux Etats-Unis, une institution appelée Millenium Society rassemble plus de six mille sociétaires et se dédie exclusivement à préparer la fête pour l’arrivée de l’an deux mille.

Mais  tout n’est pas fête. Il y a aussi la peur. Il y a ceux qui sont prêts à payer des millions de dollars pour s’échapper de cette planète, car ils présentent que quelque chose de surnaturel va arriver. La réalité où l’homme de cette fin du siècle vit est épouvantable. Les personnes ne sont pas heureuses ; elles simulent le bien-être, mais elles ne sont pas heureuses.

Le bonheur est le résultat d’une vie avec un sens. Le bien-être est seulement l’absence de l’inconfort, et l’homme court après cela : un bon niveau de vie, position social et culturel pour lui et sa famille, etc. Mais, malgré cela, il n’est pas heureux. C’est un homme inquiet et attiré par plusieurs choses. Il court d’un côté à l’autre, sans s’engager à rien et finit par regarder la vie  seulement sous la perspective humaine, s’alarmant devant les choses qui arrivent autour de lui et qu’il n’arrive pas à comprendre.

« Dieu est mort ! », déclare-t-il comme le philosophe allemand Friedrich Nietzsche.  « Dieu m’a oublié »,  pleure-t-il, comme la veuve méprisée qui essaye de nourrir ses enfants. « Il n’a jamais existé », dit un athée sans conviction, dans le bar du coin. Où est Dieu aujourd’hui ?  Y-a-t-il une raison pour regarder angoissé l’avenir inconnu ?


Dieu est aux commandes

 L’auteur de l’Apocalypse présente un Dieu aux commandes des nations, familles et personnes. « Aussitôt je fus ravi en esprit » - dit Jean – «  et voici, il y avait un trône dans le ciel, et sur ce trône quelqu’un était assis. Dieu est aux commandes de tout. L’homme peut essayer de supprimer Dieu de son existence, mais Il a encore les rênes du monde dans ses mains. Vous ne serez jamais seul. Il est possible que les circonstances de la vie vous aient conduit à une situation très difficile. Peut-être, en ce moment, êtes-vous seul, sans amis ni personne de la famille. Peut-être, vous sentez-vous mal-compris et abattu. Peut-être, vous demandez-vous : « où est le Dieu tout-puissant, Créateur des Cieux et de la Terre, qui ne vient pas m’aider ? »


S’il vous plaît, ayez un petit peu de patience, car Dieu est aux commandes de tout. Le trône lui appartient, bien que l’ennemi ait tout fait pour s’emparer de la souveraineté divine.

Tout malheur apparent qui entoure aujourd’hui votre vie, n’est plus que l’effort de l’ennemi pour enlever Dieu de votre existence. Il veut vous faire maudire le nom de Dieu et vous faire vendre votre esprit à lui-même, le diable. Il l’a essayé avec Job, le patriarche de l’Ancien Testament. Il lui a presque fait perdre la tête. Il lui a arraché ses enfants, sa santé et ses biens matériaux. Son épouse l’a abandonné. Il était seul, couvert par une gale maligne de la tête aux pieds.  Ses amis se moquaient de lui, ils disaient que tout était une conséquence de quelque péché qu’il cachait.
Mais, c’était un mensonge ! Job était un homme juste. Et pourquoi les justes souffrent-ils ? Derrière tout il y a l’ennemi, qui apporte la douleur, la souffrance et la mort. Mais Dieu est aux commandes. L’ennemi peut rire de vous aujourd’hui et demain, mais au troisième jour naîtra le soleil d’un nouveau jour. C’est cela qui est arrivée dans la vie de Job. Il fut guéri et eut d’autres enfants, Dieu lui a rendu au double tout ce que Lucifer lui avait enlevé.

L’Apocalypse affirme que Dieu est aux commandes de l’Univers. Il est sur le trône céleste. La question est : est-ce qu’il est assis sur le trône du coeur humain ?  Ou est-ce que l’homme est si occupé à se retrouver qu’il n’a ni le temps ni la place pour Dieu ?


Aveuglés et entourés para l’Invisible

La sécularisation a envahi l’homme de notre temps. «  Notre sécularisation actuelle est une expérience tout à fait nouvelle, sans précédents dans l’Histoire humaine »2,  écrit l’enseignante  anglaise Karen Armstrong, spécialiste en religions et auteur du livre : « Une histoire de Dieu ». Elle en dit plus : « Une des raisons pour lesquelles la religion semble abandonnée aujourd’hui, c’est que beaucoup n’ont pas le sentiment  que nous sommes entourés par l’invisible. »3

Le résultat de cela c’est un homme vide et angoissé, qui regarde avec peur la fin d’un millénaire en plus. Le regret existentiel le persécute. Il ne sait pas définir le « pourquoi », mais la conscience le crucifie sur le bois de son propre moralisme ou libertinage. S’il pouvait comprendre le message de l’Apocalypse ce serait différent, car Jean décrit ainsi le trône de Dieu : «  et le trône était environné d’un arc-en-ciel semblable à de l’émeraude. »4


La justice et la miséricorde

Quel est la symbolique de l’arc-en-ciel ? Le premier arc-en-ciel est apparu aussitôt après le Déluge, avec la promesse de Dieu qu’Il ne détruirait plus le monde par l’eau. L’arc-en-ciel est un phénomène physique produit par le soleil et par la pluie. La Bible parle du « Soleil de Justice » et de la « pluie de la miséricorde divine », donc, nous pouvons accepter facilement le symbolisme de l’arc-en-ciel, que Jean a vu environnant  le trône de Dieu, comme la garantie que sa justice et sa miséricorde ne finiront jamais.

Qu’est-ce qu’il faut de plus que la miséricorde pour l’être angoissé ? Elle signifie paix, pardon, transformation et grâce. Dieu, de son trône, dit : « Mon enfant, je t’aime, n’importe qui tu es, ni comment tu vis ; peu importe ton passé ou ton présent ; tu peux venir à Moi et recevoir ma miséricorde. Je ne me souviendrai pas de ton passé. J’oublierai toutes tes fautes. Je te recréerai et tu auras devant toi la perspective d’une nouvelle vie. »

L’Apocalypse nous montre comment l’ennemi a essayé de s’emparer du trône de Dieu et de réorienter l’adoration de l’homme. Il a essayé de dénigrer le caractère divin. Il a accusé le Créateur d’être tyran, arbitraire et absolu, pour avoir établi des principes qui, d’après lui, ne pouvaient pas être observés par la créature.  Par conséquence,  il a essayé d’inciter l’homme à croire en sa propre façon de vivre, l’incitant à minimiser la valeur de la Parole de Dieu.

Ce travail pernicieux de l’ennemi a commencé aux cieux. Il a réussi à tromper le tiers des anges. Avec eux, il s’est rebellé ouvertement contre le Créateur. Vous connaissez l’histoire. Le diable fut précipité sur la Terre avec ses anges.

Depuis ce jour-là, les anges déchus se sont consacrés de toutes les manières et par tous les moyens à continuer le grand combat des siècles : s’approprier le trône de Dieu de l’univers et le cœur humain.

Au Jardin d’Eden, Satan s’est présenté sous la forme d’un serpent, établissant, ainsi, une manière caractéristique d’agir : tromper, tricher et séduire.  Les arguments qu’il présenta à Eve furent : (1) « Si vous mangez du fruit vous serez comme Dieu, c’est à dire, « vous n’avez pas  besoin de Dieu, car vous pouvez être votre propre dieu. Adorez-vous, vous-même. » (2)  « Dieu a dit que si vous mangez de ce fruit vous mourrez ? Ce n’est pas vrai. Donc, vous n’avez pas besoin d’obéir. »

Adoration et obéissance. Ce sont toujours les deux points vitaux du grand conflit des siècles.

Après le péché, Dieu a présenté à l’être humain l’Evangile éternel qui implique le plan du salut. Les hommes devaient sacrifier un agneau, comme symbole de « l’Agneau de Dieu qui ôte le péché du monde. » Offrir un agneau, signifiait adorer et obéir à Dieu.

Puis, vient le diable et confond les choses dans le cœur humain. Le peuple d’Israël sans le savoir, commence à adorer sa propre adoration. En conséquence, les cérémonies les ont fait perdre de vue le véritable Agneau qui était Jésus. De telle façon que, lorsque le Messie est venu, personne ne L’a identifié. On L’a rejeté, on s’est moqué de Lui et on L’a  crucifié.  « [Il] est venu chez les siens, et les siens ne l’ont point reçu. »5 Le diable a réussi, encore une fois, ce qu’il voulait. Le peuple adorait plus sa propre religion, ses formes, ses rites que le véritable Christ.

Ensuite, est venue l’Eglise chrétienne, formée nécessairement par 12 israélites qui ont accepté Jésus comme le Messie. Le christianisme a commencé à se développer et à se répandre par le monde connu à l’époque. Le christianisme avait pour devise une déclaration de Christ, lui-même, lorsque le diable a essayé de Le détruire personnellement dans le désert. Cette déclaration disait :  « Car il est écrit : Tu adoreras le Seigneur, ton Dieu. »6

A cette occasion ( dans le désert) le Seigneur Jésus confirma l’autre des grands points de controverse avec l’ennemi : « L’homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu. »7 Adoration et obéissance. Vous remarquez comme tout revient au point de départ !

Tout au long de l’histoire chrétienne, le diable a essayé de détourner ces deux sujets. Il a introduit avec beaucoup d’argutie l’adoration aux hommes.  Le fait d’avoir vécu une vie pieuse, ne rend pas aux hommes le mérite de l’adoration, pour la simple raison que la Bible condamne cette pratique. Des doctrines erronées furent introduites dans l’Eglise chrétienne. Des choses qui n’avaient pas de fondement biblique. L’argument fut que l’Eglise avait l’autorité pour changer  les choses qui étaient écrites dans la Bible.

Heureusement, Dieu a toujours eu un groupe d’enfants fidèles qui étaient toujours prêts à adorer le seul et véritable Dieu et à obéir uniquement à sa Parole. Ces personnes furent traitées « d’hérétiques » et persécutées pour le seul « délit » de ne pas accepter une autre forme de foi et de doctrine qui n’était pas la Parole de Dieu.


Détournant la véritable adoration

Tout au long de l’Histoire, les démarches de l’ennemi pour détourner la véritable adoration et obéissance dues à Dieu ont été les plus variées. Il a utilisé : la persécution de l’Eglise appelée chrétienne, l’athéisme, la persécution politique, le rationalisme et de nos jours, le Nouvel Age, le spiritisme et le sécularisme. Ces trois derniers sont des instruments que l’ennemi répand au travers de films, feuilletons, musiques, littératures, programmes de télévision. Ils sont présentés et soutenus par des stars du cinéma, célébrités dans les plus différents domaines d’activités humaines, bref, gens connues et illustres. Ces célébrités charmantes et charismatiques sont idolâtrées et imitées, à telle enseigne que toutes ces philosophies arrivent même dans le  christianisme moderne.

Dans ce tableau général, Dieu n’est qu’une énergie, une force intérieur. Il peut être partout et en tout. Il n’est plus un Dieu personnel. Il n’a plus le contrôle. Il n’est qu’un porte-clés qu’on porte tel un porte-bonheur pour demander de l’aide lorsque la voiture est en train de foncer dans le vide. « Vous pouvez adorer Dieu de la façon dont vous voulez », disent quelques-uns. « Vous n’avez pas besoin de prendre la Bible au sérieux, en fin de compte, c’est un livre si ancien », déclarent d’autres. De ce fait, vous êtes égaré.


Craignez Dieu et donnez-Lui gloire

L’Apocalypse révèle que Dieu lèverait un peuple – symbolisé par un ange – afin de proclamer en nos jours un message direct : « Craignez Dieu et donnez-Lui gloire, car l’heure de son jugement est venue ; et adorez celui qui a fait le ciel, et la terre, et la mer, et les sources d’eaux. »8

Ceci est un appel à la véritable adoration. L’avertissement est : « adorez le Créateur, pas la création ». « Donnez gloire et hommage au Créateur et pas à la créature ». Et la raison est solennelle : «  car l’heure de son jugement est arrivée ». C’est à dire : l’Histoire ne sera pas toujours ainsi. Le temps de l’ennemi est déjà dans le compte à rebours. Il a accusé et a dénigré le caractère divin. Il a menti, il a trompé et a séduit. Il s’est revêtu de sainteté, de lumières, de pitié, avec le but de détourner l’adoration humaine. Mais, son temps est en train de finir. L’heure du jugement a commencé.


Les bûchers se rallument

Cela nous conduit au dernier chapitre de l’histoire humaine. Satan emploiera une stratégie qui était déjà oubliée : la persécution. Il l’a déjà employé à plusieurs reprises dans l’Histoire, mais cela n’a pas marché. De même, la prophétie dit que le diable utilisera avec force cet instrument encore une fois.
Le troisième millénaire pourra être le temps où nous contemplerons l’accomplissement de la prophétie ainsi décrite: Et elle [la bête] ouvrit la bouche pour proférer des blasphèmes contre Dieu, pour blasphémer son nom, et son tabernacle et ceux qui habitent dans le ciel. Et il lui fut donné de faire la guerre aux saints, et de les vaincre. Et il lui fut donné autorité sur toute nation. Et tous les habitants de la terre l’adoreront, ceux dont le nom n’a pas été écrit dès la fondation du monde dans le livre de vie de l’Agneau qui a été immolé. »9

Cependant, malgré cette persécution, il y aura toujours des personnes qui ne s’inclineront pas. Tous adoreront le pouvoir symbolisé par la bête, sauf ceux dont les noms sont écrits dans le Livre de Vie. Parmi eux, vous pouvez y être, si vous permettez que Dieu vous aide à comprendre le moment solennel que vit l’humanité.

La dernière démarche du diable pour détruire le peuple de Dieu et détourner l’adoration et l’obéissance ne prendra pas beaucoup de temps. Le retour de Christ finira l’histoire du péché et de rébellion de ce monde. L’ennemi peut essayer d’arracher le trône des mains de Dieu, mais il n’y arrivera pas.

Le livre de l’Apocalypse nous révèle cela, quand il décrit quelques scènes relatives aux victorieux là-bas aux Cieux. Voyez comment, après que le conflit arrive à sa fin, les créatures reconnaissent que Dieu seul est celui qui mérite l’adoration : « Et les vingt-quatre vieillards, qui étaient assis devant Dieu sur leurs trônes se prosternèrent, sur leurs faces, et ils adorèrent Dieu, en disant : nous te rendons grâces, Seigneur Dieu tout-puissant, toi qui es et qui étais, et qui seras, de ce que tu as saisi ta grande puissance et pris possession de ton règne. »10

« Tu as saisi ta grande puissance », disent les vieillards. Pourquoi «  saisir » ? Parce que le droit que Dieu a au trône avait été mis en doute par le diable, aux Cieux.

Maintenant, regardez les victorieux : « Et j’entendis comme une voix d’une foule nombreuse, comme un bruit de grosses eaux, et comme un bruit de forts tonnerres, disant : Alléluia ! Car le Seigneur notre Dieu tout-puissant est entré dans son règne. Réjouissons-nous et soyons dans l’allégresse, et donnons-Lui gloire ; car les noces de l’agneau sont venues. »11

Voyons ici rétablie tout à fait la gloire et l’adoration dues uniquement à Dieu. Les créatures L’adoreront à tout jamais. La prophétie le dit : « Et tous les anges se tenaient autour du trône et des vieillards et des quatre êtres vivants ; et ils se prosternèrent sur leurs faces devant le trône, et ils adorèrent Dieu, en disant : Amen ! La louange, la gloire, la sagesse, les actions de grâces, l’honneur, la puissance, et la force, soient à notre Dieu, aux siècles des siècles ! Amen ! »12

La question est : A qui adorons-nous aujourd’hui et à qui obéissons-nous ?

Dieu récupérera le contrôle définitif de l’Univers. La prophétie le dit. En fait la question plus importante est:  Dieu peut-il avoir le contrôle de votre vie ? Il vous appelle ; Il vous invite et attend, mais Il ne pourra pas vous obliger. En ce moment, Il est là, à vos côtés, les bras ouverts.

Alejandro Bullon
Le Troisième Millénaire et Les Prophéties de l’Apocalypse



* Traduction faite avec l’accord de l’auteur. Tous les droits de reproduction totale ou partielle réservés à Casa Publicadora Brasileira.

Merci Marie-Jésus BROUDIN et  Bernadette SOUIL

 _____


1.       Apocalypse   4 : 2
2.      Armstrong,  Karem, Une Histoire de Dieu – cité dans le magasine Veja, 2 avril 1997
3.      Armstrong,  Karem, Une Histoire de Dieu – cité dans le magasine Veja, 2 avril 1997
4.      Apocalypse  4 : 3
5.      Evangile selon Jean 1 : 11
6.      Evangile selon Mathieu 4 : 10
7.      Evangile selon Mathieu 4 : 4
8.      Apocalypse 14 : 7
9.      Apocalypse 13 : 6-8
10.    Apocalypse 11 : 16-17
11.     Apocalypse 19 : 6-7
12.     Apocalypse  7 : 11-12


Comentários

Postagens mais visitadas deste blog

3º Dia: Por que as coisas pioram quando mais buscamos a Deus?

5º Dia: Unges a minha cabeça com óleo e o meu cálice transborda

O Rio Jordão: As Águas de Naamã